↑ Revenir à Présentation

Historique

DSC_0795Lamen-logoPaper-RVB

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’arrivée  des Frères à Languidic remonte  au milieu du 19è siècle. En 1849, à la demande de Monsieur le curé Guillouzo, Jean-Marie de La Mennais envoya un frère pour l’école presbytérale. Cinq ans plus tard, après que le conseil municipal eut souhaité la venue d’un membre de la congrégation  pour l’école communale, une seule école, dépendant de la Mairie et dirigée par le  frère Tudy, fonctionna à Languidic. Cela continua jusqu’en 1887, année de la laïcisation ; les Frères durent alors quitter l’école de la mairie.

Dès que la laïcisation fut votée, le curé de la paroisse, Monsieur Guillemet, entreprit, avec ses propres ressources, les travaux de contruction d’une nouvelle école, construction réputée « grandiose » pour l’époque. L’inauguration du bâtiment scolaire Saint-Aubin donna lieu à une fête « comme Languidic en vit rarement » ; trois évêques assistaient à la bénédiction de l’école. Il semble opportun de préciser que Saint Aubin, qui serait né à Languidic, est l’un des Saints Patrons de la paroisse. Il y était très vénéré .

Ainsi, le 19 octobre 1887, l’école ( des garçons) Saint-Aubin commençait-elle son œuvre d’éducation avec 135 élèves dont 30 internes, dirigée par le frère Léonidas. A partir de cette date, l’école entreprit une « marche ascendante , jouissant de la confiance des familles fières de leur école ».

Le frère Félix  dirigea l’établissement pendant vingt ans. Il se trouva confronté à de nombreux problèmes, suite au vote des lois de 1901-1903 qui interdisaient l’enseignement aux membres des congrégations religieuses. Les frères reprirent leur nom de famille et changèrent de costume pour pouvoir continuer leur œuvre. Très entreprenant, Monsieur Dagorne (le frère Félix) , développa l’internat et fit construire deux classes et un dortoir pour augmenter la capacité de son école qui passa de 245 élèves dont 35 internes en 1900 à 405 élèves en 1918.

La situation des personnels des Frères de Ploërmel s’était dégradée au début du siècle. Aussi, après le départ de Monsieur Dagorne, le collège est-il pris en chage par le diocèse. Trois prêtres se succèderont à la direction de 1918 à 1928. (Messieurs Le Drogo, Dréano et  Callet) .Les services de cuisine, infirmerie et lingerie étaient assurés par des religieuses.  On sait que ces années furent prospères (il y aura 90 internes en moyenne). Il semble intéressant de noter que c’est pendant la direction de Monsieur l’Abbé Callet que l’éclairage électrique fut installé au collège. C’en était heureusement fini des lampes fumeuses !

La rentrée de 1928 voit le retour des frères ; Monsieur Rousselot,  directeur, prend en charge un bâtiment dont l’état général  est médiocre ; il faudra entreprendre des travaux d’aménagement qui se poursuivront plusieurs années, car l’argent manque. De grosses réparations effectuées en 1935 permettent de doter le bâtiment d’un étage supplémentaire. Une association des Anciens  Elèves ayant été formée en 1930, des fêtes sont organisées à la fin de chaque année scolaire : elles sont particulièrement importantes en 1936 lors de l’inauguration de l’étage nouvellement construit et en 1937, à l’occasion du cinquantenaire de collège.

1939 -1945 : c’est la Deuxième Guerre mondiale. Au mois de juin 1940, Saint-Aubin est requisitionné par l’armée française, puis l’école est occupée par les Allemands à partir de juillet 1940. Il faut dès lors partager : au rez-de-chaussée, les soldats allemands, à l’étage, les classes et les dortoirs. En 1943, suite aux bombardements sur Lorient, c’est la marine française qui demande l’asile à l’école. Elle participera à l’aménagement du collège. Le 6 août 1944, les Américains font leur entrée à languidic.

Au cours des années 1960, le pensionnat a une telle renommée qu’il accueille une centaine d’internes, en refusant autant faute de place.  1969 : de nouveau, de gros travaux matériels d’aménagement sont entrepris pour préparer la mixité qui sera effective dès le mois de septembre de la même année. Le collège reste sur place, scolarisant garçons et filles et les classes primaires se regroupent à Notre-Dame des Fleurs. La cour s’étend au nord. Les bâtiments actuels abritant bureau, secrétariat, salles des professeurs, datent de 1977.  C’est en 1984 que les collégiens deviennent « clients » du self au restaurant municipal, salle Jo Huitel.

En 1987, un grand nombre d’anciens élèves et professeurs se retrouvent au collège pour fêter ses cent ans d’existence. C’est à cette date qu’est envisagée la fin de l’internat qui sera effective l’année suivante. Cette fermeture offrira l’opportunité de réaménager les locaux libérés, notamment les dortoirs et permettra à Saint-Aubin de se doter de clases spécialisées, d’un CDI très spacieux et d’une salle multimédia.

Ainsi, régulièrement embelli et aménagé en fonction des besoins nouveaux, le collège poursuit-il sa route tracée par des générations de Languidiciens  pour l’accueil et la réussite des élèves.

Les  directeurs  du  collège
Création par l’abbé Guillemet et inauguration le 26/09/87 par Mgr Bécel
+ Le frère Léonidas en 1887.
+ Le frère Félix ou Monsieur Dagorne , son nom dans le civil, en 1898.
Les frères quittent la France, et, en 1918, le collège est pris en charge par le diocèse.
+ L’abbé  le Drogo en 1918.
+ L’abbé  Dréano  en 1920.
+ L’abbé  Callet  en 1924.
Retour des frères en 1928.
+ Frère Yves Rousselot en 1928.
+ Frère  Ezanno  en 1934.
+ Retour du frère Rousselot en 1939.
+ Frère Chevillé  en 1945.
+ Frère Cadoret  en 1946.
+ Frère  Loho  en 1947.
+ Frère Félix Morvan en 1953.
+ Frère  Bruchec  en 1958.
+ Frère Eveno  en 1964.
+ Frère Albert Le Dorlot en 1968.
+ Frère  georges  Robin en 1975.
+ Frère  Marcel Cheval  en 1984.
+ Frère  Louis  Allot  en 1987.
+ Monsieur  Bernard Philippe  en 1993.
+ Monsieur Christophe  Blanchard en 2002.
+ Monsieur Gabriel Lavolé  en 2005.
+ Monsieur Denis Le Morzadec  en 2007.